La langue de « boie »

Dans ce monde de nombrilistes homo-jambistes on ne partage rien, même pas le chagrin en peau qui se lape avec désespérance par langue de « boie ».