Puzzleliste des mots ou croqueur de maux ?

 

Caricatureur ou croquiste des maux ?

Observateur ou éditorialiste de mots ?

Pour qui ? Pour quoi ? Sans aucun doute pour mon plaisir personnel mais de là à mettre le résultat de ma réflexion à la disposition d’un public trop discret afin de me permettre de poursuivre ma démarche créative, ce serait sans soute un pas de trop pour le tempo mais surement un pas assez pour justifier d’un mécénat hébergeur ou participatif en retour.

Alors, comme d’autres le font avec leurs vestes, je vais pratiquer cette manœuvre de retournement sur ma plume.

Constat : Celle-ci se divise de la manière suivante, avec un axe central, le rachis ou axe plein supportant le vexille qui libère les barbes souples donnant accès au calamus ou axe creux, permettant ainsi la caresse de l’encre sur le papier croquant les mots. En opposition à cette extrémité, l’autre partie externe de l’étendard ou vexille autorise le dépôt délicat d’une aquarelle égayant les maux.

Ainsi, selon l’humeur du moment ou le manque de hochet en ric, il m’appartiendra de jouer de la plume sur plusieurs tableaux en attendant la toile qui ne s’affichera plus à la gouache mais s’encrera peut-être à fond de « l’un, seul » ou accompagné.

Allez, je retourne assécher mes os.

 Agie, 2016-11-06