Agie s’il vous plait, pour radio Clean ! Agie, pour TVsansPub SVP !

 

  • Radio Clean : « Ici radio Clean. Cher Agie, si vous m’autorisez à vous appeler Agie. Quel effet ça vous fait d’avoir les pieds sur terre, ce qui est très rare de nos jours.

 

  • Agie : Vous savez, durant ces 80 jours passés dans ma bulle, j’ai toujours eu les pieds posés sur l’osier de ma nacelle comme d’autres ont l’habitude de le faire très facilement sur de l’oseille. De vous à moi, je ne suis pas certain d’une meilleure stabilité sur votre terre. Et puis, vous avez lu sans doute Le petit prince de Saint Exupéry ? Alors vous aurez remarqué que sa planète était bien petite mais lui suffisait amplement. D’ailleurs, si elle avait été plus grande, aurait-il vu le renard, la fleur ? Aurait-il pu penser à loger un troupeau d’éléphants ?

 

  • Radio Clean : Dites-moi Agie, en vous écoutant, je me pose la question suivante : êtes-vous un adulte ou un enfant ?

 

  • Agie : Je regrette que sur ce point vous ne me proposiez que deux options. A vrai dire il y en a une autre qui efface la présence d’un adulte ou d’un enfant. Je pense être un rêveur avec Descartes à jouer, sans le formalisme.

 

  • Radio Clean : Et sans vouloir m’immiscer dans vos affaires personnelles, qu’est-ce que vous avez rapporté dans vos bagages ?

 

  • Agie : Jetez un œil et un peu de votre réflexion dans ma nacelle. Vous verrez peut-être qu’il n’y a pas de bagage. Avant de poser votre question, il aurait été souhaitable que vous lisiez mes notes quotidiennes. A ce propos, je vous engage à prendre connaissance et surtout essayer de comprendre la première en date du 30 juillet 2016, lors de mon décollage il y a 80 jours : Entre le tenant et le tenu, il n’y a qu’un con de passage. Pour moi, l’essentiel de mes bagages se trouve bien classé dans ma sagesse, celle qui m’a permis de venir vous retrouver.

 

  • TVsanspub : Monsieur Agie, je profite de votre réponse à Radio Clean pour vous demander combien de temps compter vous rester parmi nous ?

 

  • Agie : Le temps de le dire me sera plus que suffisant.

Agie, 2016-10-17