L’héréditation du talent, c’est la clé pour lézards ça !

Une cuisine de merde sera toujours bonne cuisine pour celui qui a faim et nous en connaissons beaucoup qui ont faim.

A ce titre, un blanc-seing a été, gracieusement contre services, offert aux stokeurs pour stocker leurs stocks à destination des affamés, plus connus dans les spères élyséennes sous l’appellation de « cent dents » ou « sans dent » selon l’orientation du dentier et à la condition que le casque ait été retiré.

Alors, les MACthusalems en bouteille de 75 décès procréent en quantité, au détriment de la qualité qui passe en vapeur d’hydro-gène ouatée à la mention ARTISTE !

Et on découvre, aux rythmes des accros de la doctrine nombrillesque, de grotesques descendants de VIPères ou VIMères, chargés de relations intéressées et noms intéressants afin de projeter leurs progénitures sous les projecteurs d’étals, attendant le passage à la caisse.

Pardonnons aux médias leurs orientations culturelles dictées par les audio-maitres, directement jackés dans des esgourdes fanatiques.

J’ai déliré cette analyse aux sons de La Sarabande tiraillée du film Barry Lindon pour regagner ses notes de noblesse auprès de Georg Friedrich Haendel, compositeur allemand testant dans les années 1700 les premiers flux migratoires à la conquête de l’Angleterre bien avant la sodomie sur anus subaquatique, grèvé sous Manche le 6 mai 1994.

Agie, 2016-10-08