Être père, c’est faire la paire en amont mais en aval également.

Lorsque les bouches se louchent et que les couches se touches la bonne heure est dans le pré et le mâle dans le fruit sans pépins.

Souvent au-deçu de cinq douces minutes enfouies sous douche de cris hypocrites, on virilise l’attente au piquet central du futur rythme des trois sept, sans les bottes.

LOT DE TROIS PROMOS : creusements de tête, de lit et sa tombe.

Alors j’assume !

Je ferai le tour de la terre, j’irai jusqu’au fond des enfers en criant . . . mon amour, mes amours, espérant que ces derniers ne soient pas anéantis et ne s’écroulent sur ma vie par avortements en lousdé.

Hélas, je constate que ce débarras est très et trop fréquent au détriment de celles et ceux qui portent encore lame blanche dans l’attente de ne conserver que le qualificatif.

Pourquoi m’avez-vous ridé ?

A l’âge de 23 ans, comme nombre d’ex-adolescents, j’ai mis mes pompes varappe XXX pour l’ascension du sommet qui m’était attribué, au chapeau bien sûr afin d’éviter la manche en vue de la calotte.

Quelques années plus tard, un peu mongol mais fier, j’ai l’impression d’être parvenu à la case des parts qui en fait n’en était qu’une en forme de bulle délestée.

Mes enfants, je vous invite à prendre place dans ma loco numéro 24 qui à priori décollera pour un vol inachevé, sous la baguette magique de Maître Franz. Alors, à pour un bon moment 😉

Agie, 2016-10-05