Rien n’est indissociable entre rêve et réalité.

Rien n’est indissociable entre rêve et réalité. Les sens ne peuvent être partagés que par celles et ceux qui en détiennent l’essence.

Alors pourquoi la violence se pose-t-elle sur certains êtres en leurs retirant ce trait d’union.

La plus belle des couleurs est celle qui ne se voit pas mais se partage en résonnance du nectar émané au travers le reflet d’une autre rive.

Le plus beau des voyages est celui où l’on n’accoste jamais.

J’ai semé bien des encres sur ondes et sentes afin qu’aucune d’entre ailes ne trouvent le sol au diapason de mes sentiments.

Nous nous sommes sans doute croisés mais a-t-on aimé ?

Il faut savoir cerner le parcours de l’itinérance pour percevoir les départs à l’échéance de leurs arrivées.

Veux-tu partager ?

Me vois-tu ?

Où que tu sois, saches que nous sommes déjà d’eux.

Agie, 4 octobre 2016