Le cœur d’une femme

Une larme a coulé de tes yeux

En quittant l’adolescence

Sur tes lèvres ces mots « nous deux »

Disaient adieu à l’enfance.

Une femme ouvrait son cœur

Comme la fleur à la rosée

S’abreuve de mille couleurs

Aux prémices de l’été.

 

Une larme a perlé de tes yeux

Quand sa vie était à l’éveil

Comme un tendre frisson amoureux

Sur ton sein l’enfant sommeille.

Comme un voilier sur l’océan

Avec le ciel pour seul témoin

Il voguera au gré des ans

Tissant les fils de son destin.

 

Une larme a voilé tes yeux

Tu déclines, dessines et composes

Une esquisse d’un rêve merveilleux

Aquarelle aux couleurs de roses.

Doucement quand vient l’aurore

Où la caresse du vent

Tendrement voile ton corps

En souvenirs de ses printemps

 

Une larme au fond de tes yeux

Dans le silence, la solitude

Tu repenses aux jours heureux

Sans projet, sans certitude.

La pendule coule ses heures

Au rythme des sentiments

Distillant une lueur

Dans le cœur d’une Maman.

 

Une larme a coulé de tes yeux . . . . . .

. . . . . . une larme a séché tes yeux.

Agie, 2016-09-24