J'ai mis l'eau dans mon vin.

J’ai mis l’eau dans mon vin et rempli tous les vers.
J’ai hurlé féministe pour muter femmes en hommes et noyé des migrants aux cris de liberté.
J’ai mis l’eau dans mon vin et puis lavé mes mains.
J’ai ridé des enfants en murant leurs sourires et bâti des églises raisonnant de leurs cloches.
J’ai mis l’eau dans mon vin et partagé le pain.
J’ai dansé sur des fils et cousu bien des poches, boutonné des fenêtres et scellé des balcons.
J’ai mis l’eau dans mon vin et nagé entre deux.
J’ai dicté des gros maux, mis des I sous les poings et musclé ma poitrine en enlisant mon cœur.
J’ai mis l’eau dans mon vin pour une colère plus rose.
J’ai humé la douceur et embrasé des corps, caressé bien des cœurs et aimé sans retour.
J’ai mis l’eau dans mon vin pour noyer mon chagrin,
J’ai mis l’eau dans mon vin et noyé les arômes.

Agie, 2016-09-01