Je n’ai croisé que vos selfies

J’ai cailleboté bien des ponts sans franchir les rampes et vous ai décroisé.

J’ai gravi des échelons sans rater une marche et vous ai encordé.

J’ai claqué plusieurs portes sans sortir des gongs et vous ai enfermé.

J’ai plané fraîche bise sans mistral ni orage et vous ai survolé.

J’ai posé pierre sur pierre sans tuile ni ardoise et vous ai hébergé.

J’ai aimé vos « été » dans l’attente du « sera » et vous ai espéré.

Préférant l’ouverture du diagramme à la priorité vitesse, sur ces lieues infinies je délaisse vos selfies.

Ma plume croisera peut-être la blancheur de votre feuille dans un livre fait pour deux mais avec couverture.

Agie, 31 aout 2016