Les envahisseurs.

 

Ils ont surgi un beau matin,

Pas comme des gnomes mais des humains,

Entre les autres et puis les huns,

Bien loin d’Abel et de Caïn. © Agie

Dès leur arrivée, ils ont investi les lieux comme s’ils en étaient les propriétaires, s’attribuant une nouvelle répartition toute personnelle des places assises avec une priorité pour celles autour des tables à manger et du salon.

Mes amis, garez vos peignes à cheveux et brosses à dents ! Ces ustensiles passent trop rapidement pour que l’on puisse stopper leurs transferts de vos perruques et mâchoires à celles de ces envahisseurs envahissants.

Soyons néanmoins honnêtes car ils peuvent nous être utiles.

Je n’ai plus à me rendre à la boite aux lettres afin de récupérer mon quotidien. Ce dernier se trouve régulièrement déposé dans un coin de la cuisine, tous mots croisés, fléchés ou chiffrés pratiquement remplis. Cela me permet de porter un peu plus de réflexion sur ceux qui restent, c’est-à-dire les plus ardus. Dur dur, non ?

Je ne m’occupe plus du choix des émissions de télévision car tout est pris en main, la télécommande, la programmation, les enregistrements . . . Sympa non ?

Rendez-vous compte. J’avais conservé et programmé des émissions traitant de la peinture et de ses maîtres : Envolées ! D’autres sur la littérature : Envolées ! Par contre j’ai vu que j’avais de quoi occuper mes longues soirées d’hiver avec des matches de football, des séries du style « poubelle la vie », quelques émissions culinaires et bien évidemment des résultats de jeux-loto-et-compagnie . . . Quel plaisir non ?

Concernant l’alcool que je ne bois pas, je n’ai même pas eu le temps de prendre les bouteilles en photos ! Combien je regrette le temps des chambres noires où l’on devait attendre un moment avant le clic.

Maintenant, une âme frère ou sœur qui laisserait sa porte légèrement entr’ouverte, prêtant et non donnant sur une petite pièce de vies ou séjournerait une couche célibatrice accompagnée d’un libre accès à un lieu de toilettes (j’accorde une grande importance à la propreté physique, intellectuelle et relationnelle), alors, je serai sans doute un discret heureux homme et l’âme en question ne le regretterait pas. Alors, à tout bientôt !

 

Agie, 2016-08-23

Une pièce de vies (carte recto)Une pièce de vies (carte verso)