Un moi pour toi contre un toit pour mois !

 

« Pardonnez ce tutoiement sans doute déplacé en l’état des balbutiements de notre éventuelle relation. Mais imaginez une seconde que, par un courtois respect à votre égard, j’aie conjugué le titre de cet article avec vouvoiement et les gants. »

« Un mou pour vous

contre un toit pour mois »

Quel aurait été votre comportement ?

Est-ce que l’un de ces gants ne m’aurait pas effleuré la joue en plagiant le célèbre et non moins théâtral échange entre Don Gomès et Don Diègue ?

Par ailleurs, si vous me connaissez un peu maintenant, vous savez que pour moi, entre chemin et boulevard, il manque toujours le trottoir.

Vous n’êtes pas sans ignorer non plus qu’entre la gare du départ et celle de l’arrivée il y a toujours un itinéraire qui est, en lui-même et pour moi, le but.

Il faut savoir faire le choix dans la vie et le mien porte davantage sur la qualité du contenu que celle du contenant.

Enfin, considérant que l’argent s’égare aussi facilement qu’elle ne perde celui ou celle qui en détient en grande quantité, je préfèrerais laisser place au troc dans le sens d’un partage équitable.

Est-il nécessaire de frapper à une porte pour que celle-ci laisse entrer le soleil ?

En ce qui me concerne je connais le mot « poignée » lorsqu’il s’agit des mains.

Pour celles des portes … elles se sont toujours ouvertes d’elles même.

Alors … à tout à l’heure.

Agie, 2016-08-17