Les mots n’ont plus le même parfum lorsqu’ils sont lus ou entendus (1er épisode sur ce thème)

1er épisode sur ce thème : Les mots en transe

Ils ont bercé notre enfance

Autour du nid à la naissance

Du premier cri de délivrance

Aux parfums de l’innocence

Ils sont emprunts d’élégance

Quand ils passent à pas de dance

Des lèvres de l’insouciance

Aux amours d’adolescence

Ils sont petits pour qu’on y pense

Brefs en cas de diligence

Précieux dans la distance

Violents par intolérance

Parfois de trop parfois d’absence

De désespoir ou d’espérance

Pour toges noires en audience

Ils font office de sentences

Ils ont élevé la résistance

Aux bruits des bottes en cadence

Suintés des murs de la souffrance

Aux miradors de surveillance

Ils sont criés avec vaillance

Quand ils se disent pour la France

Souvent suivis d’un grand silence

Et de sincères condoléances

Tirets et points d’indépendance

Un mois de mai pour la violence

Ils sont secrets en obédience

Deviennent prières en pénitence

Mots dits par nos instances

Lancés en guise de pitance

Un oui ou non quand ça balance

Et de pardon pour nos offenses

Donnés en gage de confiance

Aux fins de toute reconnaissance

Dictés à coup d’insolence

Pour nos règles de préséance

            Ils sont lourds de conséquence

Lorsque servis à outrance

Ils sont offerts en assistance

Pour se donner bonne conscience

Ces mots qui blessent par négligence

Quand les cœurs font divergence

Murmure de ces mots en transe

Par deux corps en jouissance

Ces mots qui feignent l’indifférence

Laissant des corps en vétérance

Ces cœurs qui perdent leur confiance

Quand les mots sont d’abstinence

Fragile par ces expériences

Blessé de leurs conséquences

Je ferais bien, je pense

De tirer ma révérence

Lassé de ces tristes expériences

Meurtri par leurs lourdes conséquences

Je ferais bien, je le pense

De tirer ma révérence

Agie, 2016-08-08